Rugby - CE - USAP - Carter n'est pas «déçu»
Dan Carter a disputé son premier match sous les couleurs de l'USAP.

Avec seize points (deux transformations et quatre pénalités), Dan Carter a été l'artisan de la victoire de l'USAP sur Leicester (26-20). Même si tout ne fut pas parfait pour son premier match sous le maillot catalan, le demi d'ouverture des All Blacks a rempli son contrat avec soulagement après une semaine "de folie"

«Dan Carter, comment vous sentiez-vous avant de tenter la première pénalité du match ?
J'étais un peu nerveux. Mais de la réussir m'a donné confiance pour la suite des évènements. Débuter par un match de H-Cup face à l'une des meilleures équipes anglaises n'était pas une tache facile. Mais nous avons réussi à gagner et cette victoire me rend heureux.

Comment jugez vous ce premier match ?
Il y a des points sur lesquels on peut progresser, notamment en défense. Les attaquants de Leicester sont parvenus à franchir la ligne d'avantage à deux ou trois reprises. Sur un plan personnel, c'est difficile parce que ça fait juste une semaine que je suis arrivé à Perpignan. Et je n'ai pas eu beaucoup de temps pour me préparer avec mes nouveaux coéquipiers. C'est la raison pour laquelle j'étais un peu anxieux. Mais on a fait du bon boulot. Je suis content de ma prestation. Tout ira mieux lorsque je connaîtrai mieux l'équipe et les joueurs.

Vous inscrivez 16 points ; vous ratez deux coups de pied importants juste avant la mi-temps et au retour des vestiaires, c'est un bilan qui vous satisfait ?
Oui. Seize points, pour un début, c'est bien. Même si je suis déçu d'avoir raté les deux pénalités importantes que vous évoquez. Heureusement, Leicester n'a pas profité de mes échecs. Dans le jeu, les combinaisons que nous avons tentées se sont plutôt bien enchaînées. Mais tout ça, on va l'améliorer et les petites erreurs se corrigeront avec le temps.

Vous vous êtes souvent retrouvé en position de premier centre, c'était convenu ainsi ?
Non, j'ai dû être parfois un peu paresseux... Ceci dit, ce sont des situations qui se produisent parfois en match, vous permutez avec votre premier centre selon les actions. Mais il faut que je travaille mon placement et que je trouve mes repères dans l'équipe.

Le placage en cathédrale dont vous êtes victime en fin de match n'a même pas été sanctionné d'un carton jaune. Vous n'avez pas été surpris de la décision laxiste de l'arbitre ?
Je suis surtout content de ne pas m'être blessé sur une telle action. Parce qu'une fois que vous êtes en l'air et que vous retombez comme vous pouvez, vous ne maîtrisez plus rien.

Votre arrivée à Perpignan suscite une énorme attente. Vous avez ressenti cette pression depuis votre arrivée à Perpignan ?
C'est vrai qu'il y a beaucoup d'attente, et que cette semaine a été difficile. C'était de la folie. Je suis content qu'elle soit finie et que nous ayons gagné ce match. Je n'ai pas eu beaucoup de temps pour souffler et me reposer. Mais il reste encore des matches importants à venir, dès le week-end prochain avec la venue de Castres en championnat. Mais je pense que ce sera un peu différent. Avant de venir à Perpignan, j'avais entendu parler de la passion que le rugby provoque ici et qui entoure le club. Je n'ai pas été déçu. Et aujourd'hui, je dois vous avouer que je préférais porter le maillot de l'USAP que celui de Leicester...»

Gilles NAVARRO, à Perpignan

Article de l'Equipe.fr 14/12/2008

   
Copyright © 2004-2010 Association des Cadres Catalans de Toulouse